Catégorie : Alimentation

Cru, un peu, beaucoup, à la folie ?

La mouvance crudivore connaît depuis quelques années un engouement sans précédent. Si ce succès semble répondre à une aspiration essentielle d’accéder au non dénaturé, il me paraît important d’apporter quelques nuances.
Lors de ma formation de Naturopathe, j’ai appris que notre alimentation devait être quasi exclusivement crue car la cuisson détruisait les principes vitaux des aliments (vitamines, minéraux, enzymes…). Ce sont ces arguments qui sont repris par les crudivores/frugivores aujourd’hui.

Ces recommandations surfent aussi sur la vague du retour au naturel car il est évident qu’une prise de conscience se fait aujourd’hui quant aux produits industriels et transformés. Incontestablement, une alimentation crue permet une diminution drastique de la charge toxique (le sucre, le sel, les additifs…) et un apport accru en vitamines et minéraux.

MAIS il est important aussi de redonner l’intérêt de la cuisson :

Lire la suite

DE LA NATUROPATHIE AUX CERCLES DE FEMMES

Au départ, une découverte fabuleuse qui remet l’humain au centre de la Santé. La Naturopathie allie une vision globale, un tempérament, une approche individuelle, un terrain. Des facteurs multiples qui permettent d’accueillir chacun(e) comme un être unique à accompagner. Chaque rencontre devient l’objet d’une synthèse individuelle pour ajuster des conseils personnalisés.


Puis, mon propre parcours et le constat d’un public à majorité féminin, m’incitent à proposer des ateliers sur la ménopause, un thème pas facile à aborder du fait de sa mauvaise presse et de toutes les dérives médicales qui en sont faites. En petit comité, discrètement, les paroles se libèrent pour aborder cette intimité. Redonner des savoirs pour mieux accueillir ce passage que j’ai nommé « Le printemps de la sagesse ». Démystifier, rassurer, écouter, accompagner seront les bases de ces ateliers où la naturopathie règne en maître.

Lire la suite

Faut il se priver de tout plaisir pour rester en bonne santé ?

FAUT IL SE PRIVER DE TOUT PLAISIR POUR RESTER EN BONNE SANTE ?
Extrait d’un article de Laurent Chambaud, Médecin de santé publique, juillet 2018 – The conversation France
Auteur de “La santé publique en question(s)” Les Presses de l’EHESP

 

“Le début de l’année est propice aux bonnes résolutions. En 2020, j’arrête de fumer, j’arrête de boire… Les Britanniques ont même entamé l’année avec « Janvier sec » (Dry january), une campagne invitant les participants à ne pas boire une goutte d’alcool pendant le mois suivant les fêtes.

En France, c’est toute l’année que les prescriptions venant des autorités publiques pleuvent sur les individus sous forme d’interdits ou de bons comportements à adopter impérativement s’ils sont décidés à rester en bonne santé. Il ne faut pas boire plus de dix verres d’alcool par semaine, intimaient conjointement Santé publique France et l’Institut national du cancer, l’an dernier. Moins de sucre, moins de charcuterie et plus de légumes dans notre alimentation, avait recommandé de son côté l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Aussi le mot « prévention » est synonyme, dans l’esprit de beaucoup, de privation, de restriction et d’obligation.

Lire la suite

L’HIVER : une saison pour s’ancrer

Depuis le 21 Décembre nous sommes entrés dans la saison de l’HIVER qui nous invite à prendre le temps, à privilégier des activités calmes (lire, marcher en silence, méditer…).
Comme la nature qui réduit son activité et se met dans un état semi-léthargique, nous sommes invités à résister aux sollicitations de toutes sortes (médias, activités dynamiques, consommation…). Pour cela, une des manières de se mettre au diapason de cette saison est de s’ANCRER.

S’ancrer en mangeant…. des racines bien sûr.
Les pommes de terre : un équilibre nutritif parfait ! Contrairement à la rumeur elle contient peu de calories  car elle contient principalement de l’eau ! Des acides gras essentiels se cachent dans sa texture, accompagnés de l’amidon, ce sucre complexe qui fournit de l’énergie durant plusieurs heures. Seul impératif : la mastication est primordiale pour bien le digérer. Enfin, il est connu que son index glycémique est plus élevé lorsque vous la faites cuire sans la peau.

Lire la suite